culture Dernières publications Exclusivité Les lectures de Marion Littérature

La petite Korrig de Daniel Cario

Présentation de l’auteur​ Daniel Cario: Né en 1948 au Faouët, dans le Morbihan, en plein Centre-Bretagne.

Après des études au lycée de Lorient, il est devenu instituteur puis professeur de  lettres modernes en collège.

Pendant plusieurs années, il a été responsable du secteur formation de la Ligue  française de l’enseignement du Morbihan.

Il s’est alors intéressé tout  particulièrement aux cultures populaires d’essence traditionnelle, et notamment à la  danse et à la musique.

Il a tout d’abord écrit des ouvrages techniques: Du terroir à la scène: la tradition de  danse bretonne et le spectacle et La Danse bretonne.

Ses romans, campés en Bretagne (la trilogie du Sonneur des halles, Le Brodeur de la  nuit), dans les Cévennes (L’Or de la Séranne), ou le Berry (La Miaulemort, 2010),  sont publiés aux éditions Coop Breizh, et également Petite Korrig.

Description du livre: Abandonnée à sa naissance par son père, c’est Francine, sa mère, qui va l’élever toute seule. Mais ce  ne sera pas tous les jours facile.

Car Violette n’est pas tout à fait comme les autres enfants du Faouët. Et comme tous ceux qui  possède une particularité physique, elle est la cible et la risée de ceux qui ne souffrent pas  d’anomalies. C’est une naine!

Elle a été surnommé Korrig, qui signifie lutin, naine, petite, par sa mère et cela lui est resté.  Korrig fréquente jeune l’école sous l’impulsion de la maîtresse d’école, et comme elle possède déjà  des rudiments, notamment en lecture, elle devient rapidement la meilleure élève.

Elle accompagne sa mère au lavoir, mais trop petite avec des bras trop courts, elle ne peut pas l’aider  comme lavandière. Pourtant elle est tenace, courageuse, pugnace. Francine, travaille aussi le soir et  même la nuit. Elle repasse, répare des coiffes de dentelles du pays d’Aven.

Korrig, puisqu’elle ne peut aider sa mère au lavoir va prendre sa succession dans ce travail  minutieux. Et elle excelle au plus grand plaisir des clientes.

Jusqu’au jour où accaparée ailleurs elle  oublie le fer sur une coiffe. Pas de panique, elle va en confectionner une qui sera semblable, mais en  mieux, à celle qui a subi les assauts du fer.

Un faon égaré se réfugie dans le jardin de leur chaumière et la mère et la fille nourrissent au biberon. L’appel de la forêt bientôt se fait sentir, mais Mabig, ainsi qu’elles ont appelé l’animal,  revient de temps à autre pour une visite amicale.

Elle ne le savent pas encore, mais Mabig sera à  l’origine des malheurs de Korrig.Nous n’en sommes pas encore là, le temps s’écoule, tout irait pour  le mieux si Francine n’avait eu une altercation avec l’une des lavandières.

Elle tombe à l’eau, prend  froid et décède.    Korrig se retrouve seule, mais elle est courageuse et à dix-sept ans elle a tout l’avenir devant elle.

Elle  a décroché son certificat d’études, haut la main, avec un an d’avance, quelques années auparavant,  ce qui a bouché le bec à bien des commères et attisé encore plus les jalousies, mais ce diplôme ne lui  sert à rien dans son métier de fabricante de coiffes à domicile.

Mabig vient la voir de temps à autre mais ce jour-là le chevreuil est traqué par des chasseurs accompagnés de chiens, hargneux comme il se doit. Mabig se réfugie chez Korrig qui le cache mais les chasseurs émoustillés à la vue de la naine, et bien chargés d’alcool changent leur fusil d’épaule.

Ils sont quatre, trois vont la tenir, les jupes sur la tête, et le quatrième se conduit comme une bête en rut.

Un événement qui va se décliner par une double conséquence, mais Korrig ne livrera qu’une moitié de son secret. Elle n’a pas vu le visage de son agresseur.

Quelques semaines plus tard, Korrig ne peut que constater les dégâts: elle est enceinte. Et dans le  bourg, ça jase. Korrig se tait, laissant les commères extrapoler sur l’identité du père.

Commères qui  vont rabattre leur caquet plus tard, lorsque l’enfant naitra.  Korrig n’a pas cherché à avorter, et elle met au monde Justin seule. Justin qui est bien portant,  mange comme deux, et n’est pas atteint de nanisme comme sa mère. Justin, dont le prénom a été  donné par confusion, mais il lui va bien.

Enfin presque. le secret de Korrig réside justement en  Justin, mais jusqu’à sa mort, elle le gardera en elle. Et Justin n’apprendra le nom de son père que  plus tard, beaucoup plus tard, à l’occasion d’une noce de mariage.

La mutation de la Bretagne s’étale tout au long du début du XXe siècle avec la naissance de Korrig  en 1900, son enfance, son adolescence, son viol et la naissance de Justin en 1920 et le dénouement  durant les années de la Seconde Guerre Mondiale. 

Pourquoi est-ce un coup de cœur de Marion?

Ce livre donne l’impression de lire un conte de Perrault. Magnifique histoire sur la méchanceté humaine!!

La Petite Korrig est très attachante elle nous montre un courage même si elle est pas grande. L’histoire retrace la vie des femmes a cette époque. Son histoire nous tient à cœur jusqu’au bout,quand on commence à le lire on n’a hâte de le finir.

Je le recommande car elle prouve à tout le monde que même en étant différente, on peut avoir une vie tout à fait normale comme tout le monde.

Un livre agréable à lire, je vous le conseille!

Si vous êtes intéressé(e) par ce livre, contactez-moi par mail: letelliermar@gmail.com ou directement sur la page via facebook “Les lectures de Marion”.


Laisser un commentaire